Essai Volkswagen Golf 7 en Sardaigne

Essai Volkswagen Golf 7
C'est en Sardaigne, dans une nature encore intacte entre les hautes falaises blanches et les plages aux eaux turquoise que nous avons eu le plaisir de découvrir et d'essayer la nouvelle Golf.

Concevoir la Golf de 7ème génération n'est pas tâche facile, conserver les éléments qui en ont fait une icône depuis plus de 38 ans tout en la faisant évoluer nécessite un travail considérable. 

Des proportions premium 
La Golf 7 est entièrement nouvelle et ne partage aucune pièce avec sa devancière, même si ce n'est pas une révolution sur le plan esthétique. Au premier regard elle nous a paru plus statuaire, plus basse avec un pare-brise plus incliné. Son capot plus long, son habitacle reculé et ses lignes tendues lui donnent une impression plus souveraine. Ses nouveaux feux de jours à LED son très marquants. À l'arrière ses feux sont plus effilés, et son bouclier plus musclé est souligné d'un diffuseur. 

   

Un comportement plus dynamique 
Outre l'utilisation de la nouvelle plateforme MQB, les ingénieurs VW ont réussi à briser la spirale de prise de poids en arrivant à des gains de 100 kg sur certaines versions. Le résultat ne s'est pas fait attendre, en effet lors de notre essai la nouvelle Golf s'est révélée plus dynamique,plus agile dans les virages des routes sardes en conservant une sensation de confort irréprochable. Autre nouveauté de taille, un sélécteur offrant différents modes de conduite - Eco, Sport, Normal et Confort en association avec DCC (Dynamic Chassis Control) - et permettant notamment d'ajuster la rigidité des suspensions ou d'économiser au maximum la consommation de carburant. 

Un intérieur haut de gamme 
Essai Volkswagen Golf 7
Malgré sa perte de poids, la Golf 7 est plus longue mais aussi plus large. L'habitacle offre en effet 14 mm de plus en longueur, avec un gain d'espace au jambes de 15mm et son coffre gagne 30 litres pour atteindre un volume de chargement de 380L. Le frein à main électrique proposé de série a également contribué à libérer de l'espace. 
À l'intérieur, la Golf 7 respire la qualité avec un choix de matériaux et un assemblage digne du segment premium allemand. Sa nouvelle planche de bord orientée vers le conducteur et son volant sport offrent un poste de conduite très ergonomique. La présence d'un écran tactile de série dès l'entrée de gamme est également une bonne surprise. Celui de notre modèle d'essai est même doté d'un capteur de proximité et peut être commandé via des gestes de balayage et de zoom comme les derniers smartphones. 

Des motorisations d'avant garde 
Proposée à l'essai en Essence et en Diesel, nous avons choisi de commencer par la nouvelle motorisation 1.4 TSI ACT à coupure automatique de cylindres. Grâce à l'allégement général de la voiture, du système start & stop et couplé à la boîte DSG double embrayage à 7 rapports,ce TSI consomme seulement 4.7l/100km avec un agrément de conduite exceptionnel. À bas régime, le bruit du moteur est presque imperceptible, mais dès qu'on monte dans les tours ce quatre cylindres turbocompressé s'avère très efficace avec des accélérations linéaires sans à coups et un 0 à 100km/h parcouru en seulement 8,4 s. 
En diesel, nous avons testé le 2.0L TDI 150 ch également équipé de la boîte DSG en 6 rapports et du système start&stop. Délivrant un couple maximal de 320 Nm dès 1750 tr/min et parcourant le 0 à 100 km/h en 8,6 s, ce TDI ne consomme que 4.4l/100km. 

En conclusion, cette Golf de septième génération nous a séduits, elle atteint un haut niveau de qualité pour son segment, sans perdre les atouts qui ont fait son succès. Ses tarifs restent stables malgré une dotation très riche en équipements.

Essai réalisé par Farouk Zouari

vos commentaires donnez votre avis

Vos derniers commentaires