Mobilité électrique en TunisieAGIL va déployer des bornes de recharge en partenariat avec la STEG

AGIL s'apprête à déployer des bornes de recharge en partenariat avec la STEG

Dans le cadre du développement de la mobilité électrique en Tunisie, un mémorandum d’entente a été signé, samedi à Tunis, entre la Société nationale de distribution des pétroles (AGIL) et la STEG pour la mise en place de bornes de recharge de voitures électriques.

Ce mémorandum prévoit la mise en place de l’infrastructure nécessaire pour la recharge des voitures électriques, afin de fournir les services de recharge des voitures électriques dans les stations service, relevant de la société AGIL et ce dans le cadre d’un projet pilote de promotion de la mobilité électrique en Tunisie.

Ce dispositif représente un projet pilote qui intégrera 10 stations services AGIL. 6 des stations concernées se situent dans les 6 gouvernorats les plus grands tels que Tunis, Sousse et Sfax. Les 4 autres stations qui seront équipées sont sur les autoroutes.

Ce mémorandum s’inscrit dans le cadre de la stratégie nationale visant à réduire la consommation des énergies fossiles et à renforcer la maîtrise de l’énergie dans le secteur du transport. Le ministère de l’Industrie, de l’Energie et des Mines avait mis en place une équipe de travail rattachée à l’ANME et chargée d’élaborer la stratégie nationale d’intégration des voitures électriques en Tunisie.

Cette équipe regroupe les ministères concernés (ministères de l’environnement, des Finances, du Transport et du Commerce), la Douane, l’Agence Technique des Transports Terrestres, la STEG, et la Chambre Syndicale des Concessionnaires.

La ministre de l’Industrie, de l’Energie et des Mines, Salwa Sghaier a, à cette occasion, souligné que "le secteur du transport est le secteur le plus énergivore avec près de 2,56 millions de TEP et que ce chiffre devrait atteindre 5 millions de TEP en 2030”. Et d’ajouter que “depuis l’accord de Paris sur le climat de 2016, la Tunisie œuvre à réduire ses émissions des gaz à effet de serre, en projetant de baisser son intensité carbone de 41% en 2030, par rapport à 2010”.

La ministre a considéré que la Tunisie dispose de l’intelligence artificielle et de l’infrastructure nécessaires pour se positionner dans ce domaine faisant savoir que l’expérience concernera en premier lieu, les voitures administratives pour être par la suite généralisées aux voitures privées.

D’autre part, Nebil Smida, PDG d’AGIL, a précisé que les bornes permettent une recharge rapide du véhicule. « Ces bornes peuvent garantir jusqu’à 300 kilomètres d’autonomie avec seulement 20 minutes de recharge » a-t-il déclaré. Il a aussi estimé qu’il est possible d’introduire la voiture électrique à partir de 2021. Dans ce cadre, il a indiqué que ce processus est complexe et nécessite des réformes légales et fiscales. Il a indiqué que le futur d’AGIL est l’énergie renouvelable. Il a indiqué qu’AGIL prépare une stratégie 2040 axée sur les énergies renouvelables avec de nouvelles orientations.

Selon les estimations internationales, les ventes des voitures électriques constitueront 54% des ventes des voitures légères à l’horizon 2040.

vos commentaires donnez votre avis

Vos derniers commentaires