Jean-Christophe Quémard en visite chez STAFIM

Jean-Christophe Quémard en visite chez STAFIM Lors d’une rencontre avec plusieurs médias tunisiens, le groupe PSA représenté par son Directeur Moyen Orient & Afrique et membre du Directoire, Mr Jean-Christophe Quémard, a souligné l’augmentation des investissements du groupe en Tunisie, et a demandé à l’état tunisien de réévaluer les quotas d’importation accordés aux marques du groupe, à savoir Citroën, DS Automobiles et Peugeot. 

« Nous croyons beaucoup en la Tunisie, notre proximité géographique et culturelle, le haut niveau d’éducation des tunisiens font que pour le groupe PSA, investir en Tunisie est une évidence » 

PSA réalise en effet une partie du sourcing de ses pièces en Tunisie auprès de plusieurs fournisseurs. Le groupe reconnait la compétitivité des fournisseurs tunisiens, face à une concurrence internationale. En 2015, 3 sites industriels tunisiens ont d’ailleurs été récompensés par le prix « Best Plant » au niveau mondial par PSA.

Il y a un an, PSA a entamé des discussions avec le gouvernement tunisien, pour essayer de développer l’industrie automobile en Tunisie. Le groupe avait pris l’engagement d’acheter 100 millions d’euros de pièces supplémentaires, via l’attribution de nouveaux marchés au tissu fournisseur tunisien. 

« PSA est un constructeur automobile qui créée de la valeur en Tunisie, on est contributeur de la balance des paiements, on apporte des devises à la Tunisie. Le groupe achète plus en Tunisie qu’il ne vend, c’est une preuve de notre engagement » 

En effet, pendant l’année 2015, PSA a importé l’équivalent de 200 millions d’euros en véhicules, mais il a acheté pour 250 millions d’euros en pièces. A ce jour, le constructeur a signé pour 116 millions d’euros, soit l’équivalent de 2000 emplois nouveaux.

Dans ce contexte, le groupe souhaite continuer à être créateur de richesses en Tunisie, mais demande également que les efforts qu’il porte se traduisent en propositions commerciales 

« La Tunisie applique une politique de quotas, que nous respectons parce qu’on est dans un contexte où il faut maitriser la balance des paiements. Le message que j’ai fait porter auprès du chef du gouvernement, c’est que les quotas doivent reconnaitre l’investissement qui est fait par PSA, et je crois que j’ai été entendu. » 

Mr Abderrahim Zouari, Président directeur général de la STAFIM a pour sa part déclaré: "Je tiens à saluer particulièrement Mr Quémard pour les différentes initiatives qu'il a entrepris, il croit en la Tunisie et en ses compétences, et il nous apporte une aide très précieuse"

Mr Quémard a aussi indiqué que le fait d’accorder un quota réduit à une marque, ne lui permet pas de satisfaire ses clients, et que pour entretenir un parc automobile, il faut assurer la qualité de service, la disponibilité des pièces de rechange, et la formation professionnelle. 

Il a également appelé à ce que le gouvernement tunisien mette en place un climat propice aux investisseurs, pour aller plus loin dans la collaboration industrielle avec la Tunisie, et de ne pas interrompre la dynamique de création de valeur avec le groupe PSA. 

En ce qui concerne la possibilité d’implantation d’une usine d’assemblage en Tunisie dans le futur, Mr Quémard a fait remarquer qu’il faut d’abord continuer à développer l’approvisionnement de pièces en Tunisie et constituer un tissu fournisseur de pièces de rechange solide, de première monte, et intégrer de plus en plus de technologie.

vos commentaires donnez votre avis

Vos derniers commentaires